Benzema-Valbuena: seulement un problème extra-sportif?


Récemment, Karim Benzema a accordé une interview au journal l’Equipe dans laquelle il a taclé sévèrement Mathieu Valbuena. Ce dernier s’est défendu par un simple tweet. Quasiment un an après, cette affaire fait encore parler d’elle. Lire la suite

Publicités

OM-PSG, sociologie du clasico


Je ne pourrai jamais jouer au PSG. Quand j’étais petit, avec mon club de banlieue, ils nous prenaient de haut
avec leur arrogance parisienne (Paris quoi !).

Lorsqu’il prononce cette phrase en 1998, Thierry Henry alors sous les couleurs monégasques ne dit ni plus ni moins ce qu’une grande partie des gens de sa génération et vivant en banlieue parisienne pensent. Oui, à cette époque, Paris n’est pas aimé. Le club numéro 1 des quartiers populaires franciliens s’appelle l’OM.

Le phénomène Tapie

Pour comprendre pourquoi l’OM était tant aimé en région parisienne, il faut remonter dans le temps, dans les années 80 plus précisément. Le football français n’a alors jamais gagné de coupe d’Europe. Les photos des épopées bastiaise et stéphanoise en Europe commencent à jaunir et la culture club est quasiment inexistante dans la pays.

Les Bleus commencent à dire au revoir à la génération Platoche. Claude Bez à Bordeaux ou Lagardère au Matra tentent bien de secouer le football français mais un homme va profondément changer le rapport des français avec le ballon rond. Il s’agit de Bernard Tapie bien entendu. Avide de victoires et de succès politiques, le parisien de naissance ne tarde pas à porter l’OM au sommet du football français puis européen avec parfois des méthodes qu’il vaut mieux oublier.
La réussite de son club couplée à sa personnalité et son parcours d’homme « parti de rien » en font rapidement l’icône des banlieues parisiennes qui se reconnaissent dans cet homme qui sait y faire et qui ne craint pas de débattre avec ses ennemis politiques même les plus extrémistes.

Un club raciste

Mais puisqu’il s’ennuie, le président marseillais verrait d’un bon oeil une rivalité sportive avec le club du nord, le PSG. Racheté par Canalplus en 1991, le PSG a alors la fâcheuse réputation d’être un club de fachos. La montée en gamme du club parisien au niveau européen s’accompagne de quelques tristes épisodes (PSG-Caen en 1993, bandelores injurieuses contre Weah en 1995) qui ne font qu’accentuer le fossé creusé entre Paris et la banlieue. Oui, au milieu des années 1990, il n’était pas réducteur de dire que l’OM était le club des populations immigrées (maghrébines, africaines …) alors que le PSG et sa tribune Boulogne si excentrique et si peu colorée était très peu représenté (absence de maillots, de survêtements … ) dans les cours des lycées de petite et grande couronne.

Auteuil vs Boulogne

Au croisement des années 90-2000, un élément va cependant contribuer à équilibrer le débat. En effet, autrefois largement dominé vocalement, numériquement, visuellement par le KOB, le Parc des Princes compose désormais avec une autre tribune, le virage Auteuil. Encouragée par Canalplus au début des années 90 pour contrebalancer l’image négative véhiculée par une partie de ses supporters, le VA se veut idéologiquement opposé à son voisin de face. Les populations issues des quartiers populaires franciliens prennent progressivement de l’importance au Parc mais le pire finira par arriver un soir de février 2010.

Un changement radical

Ce sinistre évènement précédant de quelques minutes un bien triste PSG-OM perdu 0-3 par les coéquipiers de Claude Makélélé marquera un tournant.
Le plan Leproux passera par là, les deux tribunes (Auteuil et Boulogne) furent en grande partie dépeuplées (départ des ultras et de leurs escortes d’idéaux politiques). Sur le terrain, Paris écrase tout sur le plan national depuis quelques années alors que son rival sudiste alterne le bon et le moins bon mais semble encore loin de pouvoir concurrencer le PSG. Cette réussite sportive associée à l’arrivée d’autres facteurs : capitaux qataris donc orientaux, recrutement d’une tête d’affiche à l’image de bad boy de cité (Ibrahimovic) ont considérablement fait basculé les banlieues parisiennes du côté du club de la capitale.
Oui, s’afficher aux couleurs du PSG est désormais devenu banal de l’autre côté du périph. Qui l’eût cru il y a encore quelques années ?

Comment le PSG a raté sa première moitié de saison


stopfootix

untitled

Le titre de champion d’automne, anecdotique certes, est passé sous le nez des parisiens cette année. Malgré le changement d’entraîneur et le départ du roi Zlatan, tout le monde voyait le PSG écraser la concurrence et finir 2016 en douceur. Que nenni ! Les critiques envers Emery fusent mais est-il le seul responsable ? Joueurs, entraîneur, dirigeants, c’est tout le PSG qui s’est mis en ordre de bataille pour louper le deuxième semestre 2016. Billet d’humeur.

Voir l’article original 1 400 mots de plus

Genesio doit-il abandonner le 3-5-2?


Après une nouvelle défaite hier soir en Ligue des Champions face à la Juventus Turin (0-1), Lyon s’éloigne de plus en plus d’une qualification pour les huitièmes de finale de la C1 et confirme ses difficultés du moment. Le principal problème semble concerner le dispositif dans lequel évolue le club rhodanien depuis quelques matchs: le 3-5-2. Bruno Genesio doit-il revoir son système? Y-a-t-il une meilleure alternative? Voyons cela. Lire la suite

Edernelle désillusion


stopfootix

ea24bEt soudain… Eder frappa. Et pour ne rien gâcher, de l’extérieur de la surface ! Ni le bras trop court de Lloris ni la technique d’un soir d’un Sissoko presque méconnaissable n’y changeront quoi que ce soit. L’histoire retiendra que le néo-lillois fut le bourreau cruel de tout un peuple bleu, un soir de Juillet 2016. Le Portugal ne mérite bien sûr pas le titre de meilleure équipe d’Europe. Je vous rassure, la France non plus.

Voir l’article original 1 186 mots de plus

Pariez sur Allemagne-Italie !


Match nul au bout des 120 minutes de jeu et victoire de l’Allemagne aux tirs au but.

Mise: 10€

Côte: 7

Gains potentiels: 70€

Source pari: Winamax.fr

Lire la suite

Euro 2016 : bilan des phases de groupe


Les matchs ont été nombreux lors des phases de groupe de cet Euro, en raison de l’élargissement de la compétition à 24 équipes. Nous les avons tous regardés pour démontrer les équipes et les individualités qui nous ont plu, les plus surprenantes mais aussi les plus décevantes. Bilan.

 

On a aimé

 

L’Italie a été la première grande sensation de cet Euro. Après une semaine de matchs d’Euro peu emballante, où même les favoris ont eu des difficultés, la Squadra Azzura a su faire ce qu’elle sait faire depuis toujours : surprendre tout le monde. Grâce à son noyau dur Lire la suite

Belgique – Italie = 104 €


Type du résultat : Match nul, score 1-1

Cote : 5.20

Misez 20 €,  gagnez 104 € !

Bonus :

Lire la suite

L’essentiel est là


On attendait ce 10 Juin 2016 avec impatience, date du début de l’Euro 2016 et du match d’ouverture opposant la France à la Roumanie. Dans un Stade de France plein à craquer, les Bleus se sont imposés 2-1 leur permettant de bien démarrer cet Euro. Retour sur cette rencontre. Lire la suite

Pourquoi fallait-il sélectionner Ben Arfa ?


Malheureusement, le sélectionneur de l’équipe de France Didier Deschamps n’a pas retenu Hatem Ben Arfa dans sa liste de 23 joueurs sélectionnés pour l’Euro 2016 en France, il est quand même réserviste mais ses chances de participer à cette compétition sont minimes.

Nous allons expliquer pourquoi un joueur tel que Ben Arfa aurait dû être dans cette liste et apporter sa touche de génie à l’équipe de France. Lire la suite