Archives Mensuelles: mars 2014

Zlatan est-il trop fort pour la Ligue 1 ?


Le géant suédois, auteur de prestations et de réalisations plus spectactulaires les unes que les autres s’ennuie-t-il en Ligue 1 ? Le niveau du championnat français est-il si faible pour ce joueur de classe internationale ?

Le RDV des Supporters étudie un joueur hors-norme nommé ZLATAN !

 

 Alors que le championnat français peine à se démarquer des autres championnats européens, souvent reproché pour son faible niveau et sa concurrence très inégale face aux autres championnats tels que la Premier League ou la Liga, un joueur survole toutes les équipes de son mètre 95 : Zlatan Ibrahimovic.

Auteur de statistiques hallucinantes avec seulement 2 saisons en France, il marque son empreinte dans un championnat mais aussi dans un club où il espère bien acquérir de nombreux titres.

Ces prestations sont impressionnantes, il n’a pas peur d’éclabousser de son talent les journalistes au niveau sportif. A l’aise notamment dans la communication, il assume pleinement son rôle de star sur la scène internationale. Passé notamment par le FC Barcelone ou par Milan où il a connu ses heures de gloire, il vit à présent un renouveau et une médiatisation importante.

Mais, il y a-t-il une réelle concurrence en Ligue 1 ?

Alors que le Paris-Saint-Germain, à coups de millions, a réussi à asseoir une réputation qui le mène actuellement vers les sommets de la Ligue 1 mais sans doute aussi de l’Europe, évaluons les capacités des autres clubs figurant dans l’élite du football français à rivaliser avec cette équipe et ces joueurs dont le puissant Zlatan.

A vrai dire, Monaco semble être la seule équipe a espérer concourir au poste de leader de la Ligue 1. Cet effectif, qui a connu l’ascension parmi l’élite grâce à l’arrivée d’un riche investisseur russe ne connaît pas néanmoins la stabilité sur le plan comptable comme sur le plan sportif que maitrise actuellement le club de la capitale.

C’est une guerre économique qui se joue alors entre les deux clubs français, d’un côté les Qataris, qui veulent asseoir leur position dans l’économie française et de l’autre, les Russes, qui bénéficie ici d’une éxonération fiscale favorable à l’achat de joueurs, ce qui provoque la colère des autres écuries de Ligue 1 reprochant une inégalité croissante. De plus, l’UEFA, souhaitant le fair-play financier de la part de tous les clubs européens, éprouve des difficultés dans sa mise en oeuvre. Cette mise en place reste théorique aux yeux des clubs qui ne voient pas d’un bon oeil l’arrivée d’un système qui pourrait nuir à leur stature.

Il s’agit donc d’une concurrence inégale semble-t-il entre les clubs luttant chaque jour pour leur survie et les autres qui injecte des sommes astronomiques dans l’économie du football.

 

Pour revenir au joueur suédois, quelques classements feront objet des idées énoncées :

  • Il est de loin le meilleur buteur de la Ligue 1 avec 25 réalisations, devançant Alexandre Lacazette et son homologue Edinson Cavani (14 buts chacun).
  • Ainsi que le meilleur passeur avec 11 passes décisives contre 10 pour son poursuivant monegasque James Rodriguez.
  • Enfin, le joueur a égalé le précédent record de buts acquis par Carlos Bianchi au Paris Saint Germain en seulement 2 saisons.

 

Au final, le joueur suédois aidé par ses coéquipiers, qui faut le dire, lui facilite sérieusement la tâche, reste néanmoins un très grand joueur aux yeux des supporters du monde entier. Favorisé par la montée en puissance du club parisien où il réalise l’une des meilleures saisons de sa carrière et la faible concurrence exercée par les candidats au titre, son avenir parmi les parisiens se profile avec beaucoup de sérénité. Il nous reste encore beaucoup de choses à découvrir sur ce joueur hors-norme avec son club au projet grandissime.

 

A noter cette citation que le joueur avait évoqué à son arrivée parmi le club parisien et qui permet de conclure sur une note assez désobligeante pour nous simple supporter ! Un grand homme doué de simplicité !

Je ne connais pas la Ligue 1, mais la Ligue 1 me connaît.

 

Un arbitrage français plus que laborieux


Depuis quelques semaines, l’arbitrage en France est remis en question suite aux précédentes erreurs d’arbitrage. Qu’il s’agisse de la Ligue 1 comme de la Ligue 2.
Celles-ci relancent le débat, comme toujours, sur la vidéo. Comment enrayer ce fléau ? Le RDV des Supporters tente de trouver la solution.

Des erreurs à éviter !

Dernière en date, ce vendredi, lors du match Caen-Châteauroux pour le compte de la 29ème journée de Ligue 2. Alors que Caen menait 1-0 sur sa pelouse, un joueur de Châteauroux, sur un centre un peu trop élevé, s’en va toucher le ballon de la main pour permettre à son équipe d’égaliser à la 90ème minute. De quoi rendre colérique les joueurs caennais, qui ont refusé de continuer la rencontre sur cette erreur grotesque de l’arbitre.

Arbitrage 1

 

Autre événement, et pas des moindres, lors du match opposant Lyon à Monaco pour le compte aussi de la 29ème journée. L’AS Monaco, vainqueur 3 buts à 2 à la fin de la rencontre, a bénéficié d’un arbitrage plus que favorable durant cette confrontation importante pour les deux clubs.
Par ailleurs, le match à été entaché par deux erreurs d’arbitrage largement évitables, Lyon à été contraint à encaisser deux buts sur deux hors-jeux. Ce qui aurait inévitablement modifié la physionomie du match et son score (2-1 pour Lyon sans les erreurs).
De quoi enrager le coach et les joueurs lyonnais qui manquent de raccrocher au podium en laissant filer 3 points aux Monégasques et relancer, une nouvelle fois, le débat sur l’arbitrage vidéo dans le football.

Arbitrage 2

 

Faut-il relancer le débat sur la vidéo dans le football ?

Ces erreurs récurrentes posent une nouvelle fois la question de l’arbitrage vidéo. Par ailleurs, le rugby l’a adopté depuis longtemps et semble être entré dans les mœurs depuis quelques années.

Deux personnes importantes dans la gestion du football dans le Monde et en Europe sont au cœur d’une rivalité, Sepp Blatter, président de la Fédération Internationale, et Michel Platini, président de la Fédération Européenne. L’un est favorable à son implantation mais en simple complément de la décision de l’arbitre, l’autre y est fort défavorable, argumentant qu’il y aurait un fort contraste entre les matchs professionnels et les catégories inférieures qui ne serait pas équipé par ce type d’arbitrage.

Seul inconvénient, le temps de visionnage de la vidéo est plus long que de juger par le seul œil humain.

Une pression médiatique trop importante pour les arbitres français ?

A travers cette grande question, nous pourrions nous poser cette sous-question :

Les clubs et les joueurs profitent-ils trop des avantages accordés par les arbitres ?

Au fil des années, on remarque très nettement que les arbitres français ont de plus en plus de mal à s’imposer sur les terrains, laissant presque les joueurs s’auto-arbitrer, favorisant les fautes et donc les erreurs.

De plus, aucun arbitre français n’a été retenu pour participer à la Coupe du Monde 2014 au Brésil. Il s’agit d’une première depuis 1974.
Véritable désillusion pour les autorités d’arbitrage français. La question se pose donc : La formation des arbitres est-elle suffisante en France ?

Au final, l’arbitrage en France semble en chantier, la solution semble être une formation plus pointilleuse des arbitres. Ce niveau de formation permettra aux arbitres d’être reconnu à l’échelle mondiale et ainsi participer à de grands événements tels que la Coupe du Monde ou l’Euro. La mise en place de l’arbitrage vidéo serait favorable et garantirait le spectacle pour les spectateurs, ces erreurs à répétition seront peut-être le déclic sur un changement de l’arbitrage.

 

 

L’OM, une fin de championnat difficile


Sans victoire depuis 4 matchs à présent, l’Olympique de Marseille se trouve dans une phase délicate dans sa course à l’Europe.

Alors que ses concurrents tentent de s’assurer une place en Europe, l’OM semble en difficultés comme le démontre ses précédents matchs. Avec 44 points, il est actuellement positionné à la 6ème place devant Reims (43 points) et derrière Lyon (45 pts), Saint-Etienne (48 pts) et Lille (53 pts).

La course s’annonce donc effréné alors que le club phocéen est en plein doute.

Analysons quelles éventualités pourraient faire inverser cette série noire :

A la recherche d’un coach de classe européenne ?

Depuis le départ d’Elie Baup, le club de Marseille est à la recherche d’un coach qui aurait les capacités de porter sur ses épaules les valeurs de l’OM, véritable institution dans l’histoire du football français.

Plusieurs pistes sont actuellement étudiées pour mettre fin à l’intérim de José Anigo. Plus ou moins concrètes, nous analyserons les chances de chaque entraineur.

  • Zinedine Zidane : Peu convaincante, l’actuel second au Réal Madrid aux côtés de Carlo Ancelotti semble être une piste peu sérieuse malgré la rumeur alimentée par une photo affichée en pleine nuit au cœur de Marseille par un artiste de la région. De quoi enflammer les réseaux sociaux sur une rumeur qui n’a très peu de chance de voir le jour.
  • Michael Laudrup : Sérieuse. Cette piste serait la priorité du président et du club de la Canebière, ancien entraineur de 2 clubs espagnols (Getafe et RCD Majorque), il a coaché l’équipe de Swansea City jusqu’en février. Libre de tout contrat, cette piste est très sérieuse pour l’avenir du club.
  • Lucien Favre : Sérieuse. L’entraineur depuis 3 ans du Borussia Mönchengladbach serait interessé par l’offre et prêt à relever le défi.
  • Roberto Di Matteo : Peu sérieuse. L’ancien coach de Chelsea pendant 2 saisons affole les rumeurs mais semble être loin de la priorité du club.
  • André Villas-Boas : Peu sérieuse. Le plus jeune entraineur ayant remporté une compétition européenne semble être aussi loin du club, mais laisse entrevoir une possibilité.

Plusieurs pistes sont donc possibles pour Vincent Labrune, actuel président du club. Souhaitant protéger le groupe de toute agitation extérieure, il ne divulguera pas le nom du prochain entraineur avant la fin du championnat. De quoi agiter la sphère médiatique et laisser entrevoir toutes les extravagances que peuvent imaginer les supporters marseillais.

Le comportement des joueurs à remettre en cause ?

Certains comportements ont été grandement critiqués par la presse et le club. A l’image d’un Gianelli IMBULA étincelant durant les premiers mois de son arrivée, qui l’ont vu récompensé d’une sélection en Equipe de France, mais se considérant invulnérable, son attitude à été sanctionnée, se retrouvant donc au second plan à l’OM et n’est plus d’actualité sur les palettes du sélectionneur français.

Même chose pour Benjamin MENDY, auteur d’un comportement laxiste à l’entrainement, qui a été privé de match contre Lille.

Le club est entré dans un véritable conflit générationnel à l’OM, il y a un décalage entre les joueurs d’expérience et les jeunes joueurs faisant preuve d’un manque d’implication. Certains reprochent des individualismes au cœur du vestiaire.

D’autres joueurs, d’expérience avec l’OM, ont laissé envisagé un départ à la fin de la saison. C’est le cas notamment de Mathieu Valbuena, Steve Mandanda et Nicolas N’Koulou, courtisé par des clubs italiens et anglais.

Le manque de maturité de ces joueurs est fortement reproché par le club, un revirement de situation serait envisageable pour l’Olympique de Marseille. Il s’agirait du premier point à modifier pour repartir sur des bases correctes mais comment éradiquer ces imperfections avant la fin de la saison ?

Un recrutement et une gestion qui laisse à désirer

Alors que l’OM à laisser filer son attaquant Jordan AYEW en prêt à Sochaux, qui enchaine les bonnes performances dans son nouveau club où il bénéficie d’un temps de jeu remarquable, le staff olympien à décidé de recruter Brice Dja Djé Djé en incluant Kassim Abdallah (joueur ayant faire remarquer son mécontentement) dans la transaction. La stratégie du club phocéen est donc de prêter un attaquant et de compenser ce départ par l’arrivée d’un défenseur droit. Incohérent ?

Par ailleurs, avec l’arrivée de jeunes joueurs comme Thauvin, le club olympien désire miser sur l’avenir avec cette jeunesse prometteuse. Mais est-ce suffisant pour s’imposer dans une compétition européenne ? Doit-on titulariser des joueurs d’expérience pour vaincre des équipes de renommée européenne ou doit-on gager sur la fraicheur de la jeunesse en mal d’expérience ?

Pour conclure et répondre à cette problématique, les éventualités sont multiples pour redresser la barre et retrouver une dynamique positive. L’arrivée d’un technicien capable de contenir tout en bonifiant les espoirs du football français est requis pour permettre à l’OM de retrouver une stature européenne et devenir compétitif face aux grandes écuries européennes.

De plus, certains joueurs doivent se remettre en question et modifier le comportement pour perdurer dans l’effectif de l’Olympique de Marseille, l’ambiance de groupe doit être retrouvé.

Enfin, un recrutement plus cohérent serait envisageable par le staff de l’OM pour devenir plus compétitif sur le marché des joueurs.

La seule équipe vainqueur de la Ligue des Champions à l’heure actuelle ne doit pas perdre les valeurs qui l’ont forgé, le club populaire par excellence.

Ça se bouscule aux portes de la Ligue 1 !!!


Beaucoup de médias s’intéressent logiquement à la Ligue 1 plutôt qu’à la Ligue 2 en cette fin de saison. Mais Le RDV des Supporters a décidé de ne pas suivre les conventions, nous allons nous intéresser au classement des équipes de Ligue 2 qui auront la possibilité de monter dans l’élite du football français au mois de juin. L’enjeu est important pour ces équipes qui rêvent de briller face aux grandes écuries de Ligue 1. Mais les places sont chères et tous les coups sont possibles pour grappiller des points !

Metz : L’indomptable leader

Occupant actuellement la première place avec 54 points (+1), le FC Metz compte 6 points d’avance sur son poursuivant : Lens (-1), qui a réussi la bonne opération la semaine dernière en obtenant une victoire importante au Stade Saint-Symphorien.

L’équipe, coaché par Albert Cartier, tentera donc de maintenir le cap malgré ce revers avec un déplacement à Châteauroux, actuel 15ème de Ligue 2 à 2 points de la zone de relégation suivi de la réception de Brest, 13ème

De quoi permettre aux messins d’assurer leur place de leader en affrontant quelques équipes du bas de tableau.

Lens : Le souffle venu du Nord

L’actuel second de ce podium semble bien parti pour s’assurer un avenir en Ligue 1 et ainsi refaire briller les yeux des supporters lensois qui espèrent un retour de leur équipe parmi l’élite. Ceci grâce au coaching payant de l’ancien technicien du Paris Saint Germain (version post-qatari), Antoine Koumbouaré, évoquant une grande force mentale de la part de ses joueurs. Néanmoins, avec seulement 2 points d’avance sur le troisième, Angers, rien est encore joué ! Il reste encore une dizaine de journée et rien n’est encore acquis.

Les autres équipes dans le classement de Ligue 2

Angers, 3ème, possède 46 points au classement et se bat pour maintenir cette place tant convoité (dernière place possible pour monter en Ligue 1), surtout que derrière cette porte, les équipes se bousculent.

A noter que 8 points séparent la troisième place de la huitième place. De quoi entretenir l’espoir des équipes du milieu de tableau.

En bas de tableau, le CA Bastia semble condamné a descendre en championnat national avec seulement 17 points, 12 points le séparent du 19ème, Laval, qui peut encore espérer un maintien en Ligue 2 si ces concurrents directs échouent dans leurs prochaines confrontations.

Au final, les équipes de Ligue 2 entretiennent une bataille féroce dans la course à la Ligue 1 pour certaines, au maintien pour d’autres. Metz semble conserver une place de leader même si tout reste encore possible, les écarts de points ne sont pas négligeables et vont sans doute réserver encore quelques surprises lors de ces dernières journées de Ligue 2.

Le classement actuel de Ligue 2 ici : Classement L2

Faut-il conserver Eric Abidal à Monaco ?


Depuis plusieurs semaines, l’ancien international français est écarté des terrains de Ligue 1 pour des pépins physiques. De quoi remettre en question le joueur arrivé cet été en provenance du FC Barcelone.

Eric Abidal mérite-t-il sa place à l’AS Monaco ?

Les blessures et son importante opération peuvent-elles mettre un terme à sa carrière ?

En 2007, le joueur issue de l’Olympique Lyonnais intègre l’effectif du FC Barcelone jusqu’en 2013, décrochant durant cette période six titres majeurs :

  • La Ligue des Champions
  • Le Championnat d’Espagne
  • La Coupe d’Espagne
  • La Supercoupe d’Europe
  • La Supercoupe d’Espagne
  • La Coupe du Monde des Clubs

De quoi estimer le joueur à une grande valeur, bénéficiant d’une expérience notable auprès des plus grands joueurs du monde tels que Messi, Iniesta ; actuellement les références dans leur compartiment de jeu.

Quand la maladie rattrape l’homme …

Le 15 mars 2011, le FC Barcelone annonce qu’Eric Abidal souffre d’une tumeur au foie et qu’il doit subir une opération substantielle. Coup dur pour le défenseur catalan qui devra lutter pour retrouver le groupe barcelonais et qui pourrait baisser les bras au cours de sa remise en forme.

Il n’en est rien pour le défenseur barcelonais qui réintègre l’effectif après une courte convalescence de 2 mois. De quoi notifier le courage et l’abnégation du joueur formé à l’AS Lyon-Duchère. Il sera acclamé par les supporters catalans et madrilènes lors de son entrée en fin de match en demi-finale retour de la Ligue des Champions.

Preuve de sa détermination, il remporte la Ligue des Champions avec ses coéquipiers catalans deux mois seulement après son opération.

… il lutte pour ne pas sombrer

Un an jour pour jour après son opération, il doit subir une greffe de foie, qui va le contraindre à mettre entre parenthèse sa carrière de footballeur pour une durée de 6 mois.

Mi 2013, il quitte le navire catalan, faute d’une prolongation de contrat et amorce son retour à l’AS Monaco

Nouveau défi sur le rocher

Après une première partie de saison prometteuse avec une série de performances hors du commun pour un joueur ayant subi multiples opérations chirurgicales, l’ancien défenseur catalan âgé de 34 ans semble avoir diminué de régime avec un travail moins performant et efficace. Faute à une grippe qui a contraint le joueur a être hospitalisé et mis au repos pour éviter tout risques éventuels post-opération

Concernant son avenir en club et en sélection, il donne sa réponse :

Je suis capable de relever la tête, de revenir à mon meilleur niveau et d’aider l’équipe à atteindre son objectif. J’ai envie de continuer un an de plus, avec le club la confiance est là. Mais on aura le temps d’en parler. Là, je pense aux objectifs. La qualification en C1 d’abord et peut-être le Mondial ensuite.

Avec une détermination hors norme et un courage extraordinaire, il semble logique à court terme qu’une bonne fin de saison se profile pour lui.

A plus long terme, il semble judicieux pour le joueur monegasque de penser au futur, avec un passé difficile, il peut-être préférable pour lui de mettre au repos son organisme qui a enduré d’importantes opérations chirurgicales.

Esperons pour lui une bonne fin de saison et le félicitons pour son courage et sa determination hors du commun.

Retour à la réalité pour le FC Barcelone


Le FC Barcelone est actuellement dans une drôle de passe. L’équipe peine dans le jeu, enchaine les contre-performances et n’arrive plus à valoriser ses atouts.
Elle traverse en ce moment une période délicate, à l’image d’un Xavi alternant bonnes performances et passage à vide.
Décortiquons les problèmes pour tenter de comprendre l’origine de ces prestations plus qu’alarmantes.

Lionel Messi : le retour fantomatique de la Pulga

Depuis janvier et son retour sur les terrains après un séjour de soin en Argentine, Léo Messi peine à retrouver son niveau d’antan. Plusieurs réponses peuvent-être apporter à cette situation :
– sa blessure qui l’avait éloigné des terrains pendant de longues semaines a eu raison de son retour difficile parmi les Blaugranas.
– les défenses adverses parviennent à présent à analyser le jeu de Messi et étudient les possibilités de ralentir l’attaque des Blaugranas. Le Barca est sans doute victime de son succès.
De plus, l’entourage de Lionel Messi est sous le feu des projecteurs depuis quelques semaines, son père Jorge Messi est impliqué dans une affaire de blanchiment d’argent. De quoi déconcentrer le joueur qui tente de revenir à son meilleur niveau : celui que tous les fans Blaugranas attendent avec impatience !

Neymar : Est-ce le bon choix ?

L’ancien joueur de Santos, véritable star brésilienne ayant enflammé le mercato il y a quelques mois avec son arrivée au FC Barcelone tente quant à lui de palier à l’absence de Lionel Messi lorsqu’il est absent.
Fragilisé par l’affaire qui a éclaté concernant le montant de son transfert, qui a vu la démission par la suite de Sandro Rosell, occupant jusqu’à présent le poste de président du club catalan ne met pas dans les meilleures conditions ce jeune joueur qui s’évertue à devenir la référence dans le football mondial dans les prochaines années.
Auteur d’une très bonne performance en sélection contre l’Afrique du Sud en amical qui l’a vu récompensé d’un triplé, il s’est fait remarqué par une performance désastreuse à l’Estadio José Zorrilla face à Valladolid occupant actuellement la 17ème place en Liga.

Un jeu stérile

Le FC Barcelone affiche actuellement un visage qui peut déplaire aux supporters catalans, habitué à des performances plus qu’imaginable dans l’esprit du football, il exerce à l’heure actuelle un pressing mou qui laisse de l’espace pour progresser aux autres équipes et ainsi se créer de véritables occasions face aux buts de Victor Valdés, dont le contrat s’achève en fin de saison et qui semble déjà astreint à quitter le navire catalan en cette fin de saison. De quoi fragiliser encore plus la défense qui paraît fébrile sur ces derniers matchs. A noter que Barcelone a perdu trois de ses six dernières rencontres en championnat.

On peut sans doute dire que la tâche reste immense pour l’entraîneur Tata Martino, qui va devoir trouver la bonne formule ce soir face à Manchester City en 8ème de finale de Ligue des Champions à 20h45 pour réussir à faire perdurer le mythe du beau jeu dont on était fan ces saisons dernières avec le club catalan.

Pascal Dupraz : le coach qui ne boit jamais la tasse !


Le coach d’Evian Thonon Gaillard, Pascal Dupraz est l’entraîneur le plus charismatique de la Ligue 1 en ce moment. Réputé pour ses sorties fracassantes d’après-match, il dit ce qu’il pense sans mesurer les conséquences par la suite.
Analysons le personnage :

« L’Angleterre a José Mourinho quand la France a Pascal Dupraz. »

lance Metronews pour comparer l’entraîneur. Comparaison élogieuse aux premiers abords, mais qui semble être un fort contraste, l’un joue le titre avec Chelsea quand l’autre joue sa survie en Ligue 1. De plus, à l’issue du match contre Reims, le 15 décembre 2013, les critiques d’Hubert Fournier, actuel entraîneur rémois, à son égard n’ont pas été appréciées par celui-ci.

Réponse immédiate, tout en raffinement :

« Je n’ai pas vu tant de différence que ça entre le Barça rémois et mon équipe. J’invite tous mes collègues entraîneurs à avoir un peu plus de respect. Les gens qui donnent des leçons, à force, ça devient pénible ! Si Mourinho me donne des conseils, franchement, je les prends, mais si d’autres se permettent sans cesse de juger le jeu des autres équipes, j’ai beaucoup plus de mal. »

Ce dernier lui rétorque par la suite :

« Si tu crois en toi et si tu penses que ce que tu as fait est la bonne chose, alors tu peux écouter les critiques, car parfois, les gens peuvent avoir raison dans leurs analyses. Il faut savoir vivre avec ça. Si c’est trop, si les gens dépassent les limites, fais ce que j’ai fait à Madrid: pas de presse, pas de télé. Vis juste ta vie ».

L’actuel entraîneur des Roses s’illustre donc par ses sorties médiatiques aussi surprenantes les unes que les autres. Quelles sont les raisons de ces perpétuels coups de gueules ?

Le coup de gueule : issue pour éviter la Ligue 2 ?

Au terme du match opposant Evian Thonon Gaillard au FC Nantes, le technicien des Roses s’est fait remarquer par son coup de gueule, que certains qualifie de « violent ». Pascal Dupraz s’en est verbalement pris au clan de Patrick Trotignon semble-t-il, le caractérisant comme mécréant : « Je suis content parce que l’espace d’un instant les mécréants vont fermer leur gueule et ça, ça me plaît. J’espère qu’ils vont encore fermer leur gueule un paquet de fois jusqu’à la fin de saison. Et qu’ils ferment leur gueule jusqu’à la fin de saison prochaine. Merci et bonne soirée ».

Cet excès de violence verbale est l’image d’une tension intérieure au sein de sa personne. Proche de la zone de relégation, le coach s’impatiente sur les prestations que fournissent ses joueurs, les résultats n’étant pas encore au rendez-vous malgré ces deux victoires (Nantes et Guinguamp) très importantes pour l’avenir du club en Ligue 1.

Le message est donc très clair : Dupraz est très remonté contre tous ceux qui voudraient enterrer l’ETG un peu trop vite.

Au final, son charisme légendaire, ses sorties appréciées par beaucoup, redoutées par d’autres, font de lui l’entraîneur auquel on attache le plus d’attention. Les supporters des Croix l’aiment pour sa franchise. On peut donc considérer qu’il met les choses à plat pour repartir vers de bonnes bases, qui ont l’espère, vont lui permettre de vivre plus sereinement le championnat jusqu’au mois de juin. Croisons les doigts pour le maintien d’Evian Thonon Gaillard en Ligue 1, histoire que le coach Pascal Dupraz puisse enfin apprécier les joies d’entrainer une équipe professionnelle en Ligue 1.

Enzo Zidane : pépite rare ou héritage du passé ?


Qu’il le veuille ou non, Enzo Zidane n’est pas un jeune joueur comme les autres. A tout juste 18 ans, le fils de Zinédine Zidane attise toutes les curiosités. Son illustre père n’y est pas pour rien.

De son vrai nom Enzo Alan Zidane Fernández, il est né le 24 mars 1995 à Bordeaux. Depuis plusieurs semaines, la sphère médiatique s’empare du cas « Enzo Zidane ». Récemment convoqué pour un stage en Équipe de France U19 à Clairefontaine, la presse est concentrée sur ce joueur pour scruter tous ses faits et gestes. Ce stage, qui semble être un premier pas dans l’avenir du joueur, est vu comme la consécration pour les médias. Comme si « Enzo Zidane est obligé de suivre le chemin de son père ». A tel point, que le joueur suscite un engouement tel qu’il est arrivé à éclipser le match des Bleus face aux Pays-Bas.

Enzo Zidane : une éventuelle pépite rare ?

Dur d’en juger, le mystère reste immense. A vrai dire, les observateurs ne connaissent pas vraiment le niveau de jeu réel de ce joueur. Surnommé « Zizou junior », il n’est d’ailleurs pas toujours titulaire au poste de milieu de terrain avec les Merengues, toutefois la presse espagnole évoque « une grande classe balle au pied et doté d’un physique bien étoffé ». Il pourra néanmoins mettre en valeur ses atouts lors du quart de finale de la Youth League (équivalent de la Ligue des Champions mais chez les jeunes) et ainsi faire taire les rumeurs qui gravitent sur son véritable niveau de jeu.

Enzo Zidane : victime du passé glorieux de son père ?

Ce joueur porte à présent une pression et une attente immense sur ses épaules. Par ailleurs, son entourage tente de le protéger de cet engouement médiatique, Didier Deschamps évoque « un nom lourd à porter » tandis que Pascal Praud prévient « que le public le découvre sans préjugés, et qu’il trace sa route ». Aussi, la FFF, par l’intermédiaire de Willy Sagnol, à annoncer qu’il était encore trop tôt pour établir une analyse s’il deviendra un jour le même joueur que son illustre père, Zinedine Zidane.

Au final, la route est encore longue pour ce joueur, il devra faire preuve de concentration pour éviter les écarts de conduite auprès des médias et continuer sa progression pour « titiller » un jour, le niveau de son père. Il sait qu’il est très attendu, et seul le terrain pourra répondre à ses immenses attentes.

Analyse de la victoire des Bleus contre les Pays-Bas


Benzema

 Au lendemain de la victoire des Bleus 2-0 sur les Pays-Bas, nous pouvons tirer les  premières analyses sur la prestation de l’Equipe de France. Poussée par un Stade de France  à guichet fermé, les Bleus ont su prendre le dessus sur une équipe qui n’a pas su mettre en  valeur tous ses atouts.

 

La défense centrale : Complémentarité

Didier Deschamps a choisi de mettre Mangala aux côtés de Varane. Très bon choix semble-t-il pour le coach puisque cette complémentarité entre ces deux jeunes joueurs a permis de contenir les assauts de l’attaquant vedette des Pays-Bas, Robin Van Persie. Didier Deschamps semble donc avoir trouvé la défense idéale pour la Coupe du Monde.

Paul Pogba : maître incontesté du milieu de terrain

Longuement critiqué pour ses contres-performances ces dernières semaines, Pogba s’est montré très généreux dans l’effort avec des gestes de grande classe qu’il a l’habitude d’exécuter.

Blaise Matuidi : l’homme aux deux cœurs

Auteur d’un somptueux but à la 41eme minute, Blaise Matuidi a été récompensé de l’effort qu’il fournit sur le terrain en Équipe de France et au Paris Saint Germain. A noter qu’il a déjà joué plus de 40 matchs, toutes compétitions confondues cette année, et il ne compte pas s’arrêter là !

Antoine Griezmann : le petit nouveau

Le jeune joueur de la Réal Sociedad, qui vient d’être convoqué en Équipe de France par Didier Deschamps, a su trouver ses marques et développer son jeu. Il semble avoir été mis en confiance par ses coéquipiers. Néanmoins, il ne s’agit que de sa première sélection en Bleus, et il lui reste encore du chemin pour arriver au pied du Stade Maracana en juin.

Karim Benzema : le renouveau du buteur

Auteur d’une très belle saison au Real Madrid avec 15 réalisations actuellement, l’ancien joueur de Lyon a retrouvé le chemin des filets en Bleus avec un but à la 32ème minute d’une volée magnifique qui est venue se loger dans les filets du gardien hollandais. Reste à lui de confirmer ses belles performances et de convaincre Didier Deschamps de le choisir à la place d’Olivier Giroud.

Enfin, Lucas Digne : première sélection

Pour terminer, Lucas Digne, pour sa première sélection comme Antoine Griezmann, est entré en cours de jeu et a apporté sa fraîcheur sur le côté gauche. Il s’est rendu disponible à ses coéquipiers. Espérons pour lui qu’il puisse intégrer cette place aux dépens de l’expérimenté Patrice Evra.

Au final, avec une équipe jeune et remaniée, le sélectionneur français a joué un très bon coup. Avec de la fraîcheur, ses joueurs ont su se rendre complémentaires les uns des autres pour bonifier l’équipe. Didier Deschamps tient peut-être la composition et l’équipe pour se rendre au Brésil au mois de juin prochain. Le test a donc été réussi et met en confiance ses joueurs pour gagner leur place au Brésil.