Napoli, c’est loin d’être fini


Après avoir mis une gifle à la Juventus puis à l’AC Milan et actuel 6 ème du classement de la Serie A, le Napoli est dans une période d’affirmation après quelques saisons plutôt intéressantes  (demi – finaliste en Ligue Europa la saison passée, notamment ) et ce n’est pas par hasard. Présentation d’un club qui n’a rien à envier aux Grands d’Europe.

Une économie plutôt bien gérée 

Financièrement, le club est certes endetté (comme tous les autres) mais son actionnaire majoritaire n’est autre que le puissant Aurelio de Laurentiis, grand producteur d’oeuvres cinématographiques en Italie. Comprenez donc que beaucoup d’argent peut être introduit dans les caisses du club. Grâce à cela, le club a pu recruter dernièrement quelques espoirs italiens tels que Jorginho ou Manuolo Gabbiadini alors que ceux-ci étaient courtisés par les autres cadors de la Serie A.

L’entraîneur, un fin tacticien

Si le nom de Sarri ressemble, à quelques lettres près, à celui de Sacchi, ce n’est pas pour rien. En effet, tous les deux n’ont pas été des joueurs professionnels durant leur jeunesse. Ils ont simplement commencé par entraîner des petits clubs amateurs, puis une équipe montant en Serie A avant de rejoindre un grand club national (Sacchi à entraîné Parme avant d’atterrir au Milan, Sarri s’est révélé en dirigeant l’équipe d’Empoli de 2012 à 2015). Sarri, comme Sacchi, a impressionné tout le monde avec un jeu offensif et épanouissant. Sarri est donc en train de s’affirmer en tant que grand entraîneur.

Une star internationale 

On ne présente plus Gonzalo Higuain, en France il est surtout connu pour avoir été le rival de Karim Benzema au Real Madrid. Il est arrivé à Naples en 2013 pour quarante millions d’euros (un très grand montant, aucune autre équipe en Italie pouvait se permettre de dépenser une telle somme à cette époque). Son statut de star de l’équipe dès son arrivée est donc indiscutable. C’est un très grand buteur, un pur numéro 9, il peut marquer depuis n’importe quelle position et peut faire très mal à l’adversaire quand il est bien servi, ce qui est le cas. Depuis son arrivée à Naples, il a marqué 59 buts en 113 matches.

Un secteur offensif très complet…

L’efficacité offensive de Naples est aussi due aux attaquants rapides et techniques de son effectif. Effectivement, les accélérations et les dribbles de grande qualité des Callejon (arrivé aussi du Real avec Higuain en 2013), Insigne (devenu aussi une star de la sélection italienne) et Mertens brisent les chevilles et prennent de vitesse les défenseurs adverses.

Dans le secteur de l’organisation, il y a évidemment le leader Marek Hamšik, véritable passeur décisif et auteur de transmissions de balle de grande classe, il a aussi des qualités physiques, il court beaucoup. Il est très bien suppléé par Allan, un vrai relayeur, et Jorginho, bon récupérateur.

… tout en ayant une défense solide

Une des révélations défensives du championnat italien ces derniers temps est Kalidou Koulibaly, un défenseur français  très solide, provenant du club belge de Genk, formé au FC Metz. Il est associé à Raùl Albiol (lui aussi arrivé du Real Madrid en 2013 avec Higuain et Callejon ), un défenseur central satisfaisant, régulier et expérimenté.

Les défenseurs latéraux sont très équilibrés niveau offensif/défensif : si l’ancien stephannois Faouzi Ghoulam a  confirmé sa place dans le onze de départ, la belle découverte sur le côté droit se nomme Elseid Hysaj, un jeune albanais (21 ans) que Maurizio Sarri a voulu emmené avec lui en partant d’Empoli.

Quant au gardien, on ne le présente plus. Jose Reina, 33 ans, revenu du Bayern Munich, reste increvable et efficace.

Des remplaçants de luxe

Le Napoli peut palier les éventuelles indisponibilités de ses titulaires sans trop de difficultés dans tous les secteurs grâce à un très bon recrutement : Gabriel, un jeune gardien brésilien venu du Milan. Henrique, un défenseur formé au FC Barcelone. Maggio, le latéral toujours fidèle au club. Mertens est la parfaite doublure d’un Insigne ou d’un Callejon. Enfin, on n’oublie pas les deux pépites Gabbiadini et Valdifiori qui assureront l’avenir de l’équipe.

Le Napoli est donc une équipe en pleine concrétisation de son projet d’émergence grâce à des grands joueurs mais surtout grâce à un entraîneur qui sait comment les utiliser et faire fonctionner l’équipe. Il est vrai que Sarri amène de la fraîcheur que Benitez n’a pas vraiment instauré sur du long terme. C’est vraiment une aubaine pour la ville de Naples que ce club réussisse, cela permettera à cette ville d’avoir une autre réputation que celle de ville-poubelle ou ville-hôte de la Camorra (mafia napolitaine très puissante à l’échelle mondiale).

Publicités

Publié le 5 octobre 2015, dans Analyses, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :