Sainté gagne à l’arrache


Entre une équipe de Saint-Étienne stagnante au niveau de ses dernières performances et une équipe de Lyon en période de ressaisissement, le suspens de ce derby était à son comble. Mais les Verts ont su trouver une tactique très… surprenante pour se défaire de son rival (1-0)

téléchargement

 

Une première mi-temps plaisante mais sans but

L’entame de match est plutôt équilibrée. Bien que les lyonnais exercent un pressing constant, les Verts ont su s’en défaire et parviennent à se créer des occasions. À la 4ème minute, le dégagement défensif d’Umtiti est contré par Pajot. Lopes réagit vite et capte le ballon. À la 9ème minute, Jean-Christophe Bahebeck tire un bon coup-franc côté gauche que Lopes parvient à dévier. Comme depuis le début de l’année 2016, Rachid Ghezzal se montre très actif. Mais Ruffier semble être dans un bon jour et arrête tous les tirs du Décinnois. Après une première moitié de mi-temps plutôt stéphannoise, les lyonnais lancent successivement de nombreuses offensives. Gonalons, Tolisso, Grenier et Ghezzal se créent tour à tour des occasions. Sans succès. Le monopole du jeu est lyonnais. 66% de possession de balle durant cette première période. Ghezzal n’est pas loin de marquer le premier but du match en fin de période mais Ruffier répond toujours présent. Les Lyonnais ont manqué cruellement de réalisme.

L’OL toujours dominateur, et pourtant…

La deuxième période est encore plus à portée de main pour les Lyonnais. À tel point que ça devient une attaque-défense. Saint-Étienne revendique un jeu ultra-défensif et cela donne à deux types de séquences lors de chaque action : soit les défenseurs interceptent très bas et relancent de manière hasardeuse, soit ils sont dépassés, ne parviennent pas à stopper les Lyonnais et doivent s’en remettre à des arrêts parfois miraculeux de Stéphane Ruffier (bref, un style de jeu typiquement « made in Ligue 1 »). À la 73ème minute, Valbuena entre en jeu et met le turbo pour donner à l’OL un second souffle. Toujours sans succès. Il est le seul lyonnais à encore persévérer. Ses coéquipiers, même Ghezzal et Jallet, ont des difficultés pour le suivre tellement ils sont fatigués.

Nombre de tirs :

Lyon : 18 (5 cadrés)

Saint-Étienne : 9 (2 cadrés)

 

Gonalons : « un derby ça se joue sur peu de choses »

En effet, Maxime. Il aura fallu attendre 75 minutes et une erreur de Tolisso dans ses 20 mètres pour voir un but. Monnet-Paquet intercepte la balle à Tolisso et la passe à Soderlund qui, se défaisant de Umtiti, exécute une frappe parfaite. Lopes n’a rien pu faire.

« Ils ont deux occasions, ils sont récompensés » complètera ensuite le capitaine lyonnais au micro de Canal +. Si le match était sous totale domination lyonnaise, les Verts ont donné une leçon au rival sur un point : le réalisme. Bruno Génésio décide de faire des changements offensifs un peu trop tard (entrée de Kalulu et de Cornet respectivement à la place de Grenier et Jallet). Sainté se contente de défendre, quitte à effleurer l’églisation à plusieurs reprises. Bayall Sall n’était pas loin de marquer un CSC.

Studio_20160118_002850

Avec 32 points et une 5ème place au classement, l’ASSE a 3 points d’avance sur l’OL, 9 ème. Le résultat final profite donc aux joueurs du Forez pour la course au podium, un podium que les Gones peinent à s’en approcher.

Publicités

Publié le 18 janvier 2016, dans Uncategorized. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :