Archives de Catégorie: Analyses

Analyses de l’actualité du football !
Articles élaborés et précis.

Benzema-Valbuena: seulement un problème extra-sportif?


Récemment, Karim Benzema a accordé une interview au journal l’Equipe dans laquelle il a taclé sévèrement Mathieu Valbuena. Ce dernier s’est défendu par un simple tweet. Quasiment un an après, cette affaire fait encore parler d’elle. Lire la suite

Genesio doit-il abandonner le 3-5-2?


Après une nouvelle défaite hier soir en Ligue des Champions face à la Juventus Turin (0-1), Lyon s’éloigne de plus en plus d’une qualification pour les huitièmes de finale de la C1 et confirme ses difficultés du moment. Le principal problème semble concerner le dispositif dans lequel évolue le club rhodanien depuis quelques matchs: le 3-5-2. Bruno Genesio doit-il revoir son système? Y-a-t-il une meilleure alternative? Voyons cela. Lire la suite

Euro 2016 : bilan des phases de groupe


Les matchs ont été nombreux lors des phases de groupe de cet Euro, en raison de l’élargissement de la compétition à 24 équipes. Nous les avons tous regardés pour démontrer les équipes et les individualités qui nous ont plu, les plus surprenantes mais aussi les plus décevantes. Bilan.

 

On a aimé

 

L’Italie a été la première grande sensation de cet Euro. Après une semaine de matchs d’Euro peu emballante, où même les favoris ont eu des difficultés, la Squadra Azzura a su faire ce qu’elle sait faire depuis toujours : surprendre tout le monde. Grâce à son noyau dur Lire la suite

L’essentiel est là


On attendait ce 10 Juin 2016 avec impatience, date du début de l’Euro 2016 et du match d’ouverture opposant la France à la Roumanie. Dans un Stade de France plein à craquer, les Bleus se sont imposés 2-1 leur permettant de bien démarrer cet Euro. Retour sur cette rencontre. Lire la suite

Pourquoi fallait-il sélectionner Ben Arfa ?


Malheureusement, le sélectionneur de l’équipe de France Didier Deschamps n’a pas retenu Hatem Ben Arfa dans sa liste de 23 joueurs sélectionnés pour l’Euro 2016 en France, il est quand même réserviste mais ses chances de participer à cette compétition sont minimes.

Nous allons expliquer pourquoi un joueur tel que Ben Arfa aurait dû être dans cette liste et apporter sa touche de génie à l’équipe de France. Lire la suite

L’Italie va vous surprendre à l’Euro 2016, voici pourquoi …


1er juillet 2012, l’Italie se hisse jusqu’en finale de l’Euro à la surprise générale. Quatre ans plus tard, les paramètres sont les mêmes : l’Italie compte des joueurs importants indisponibles, le sélectionneur n’a toujours pas trouvé d’équipe-type et les experts ont de suite rayé cette équipe de la liste des favoris pour l’Euro 2016. Pourtant, l’Italie peut vraiment réitérer un exploit européen.

 

Le dernier championnat d'Europe remporté par l'Italie date de 1968

Le dernier championnat d’Europe remporté par l’Italie date de 1968

 

Une sélection très intéressante

 

Analysons les composants importants de l’équipe, en commençant par le sélectionneur, Antonio Lire la suite

Cristian Brocchi réussi son 1er test (et peut remercier Bacca !)


Après le limogeage controversé de l’entraîneur du Milan AC Sinisa Mihajlović, c’est l’entraîneur de la Primavera du club rossonero Cristian Brocchi qui le remplace.

C’est donc sur la pelouse de la Sampdoria, 13ème au classement de la Serie A, que cet entraineur inexpérimenté va devoir faire ses preuves.

Le Milan étouffé puis restabilisé

Mais la première mi-temps est plutôt contrôlée par la Samp’. Cette équipe a une maîtrise assez conséquente du ballon et se crée les occasions les plus dangereuses. D’ailleurs, la première grosse occasion de ce match est gênoise. Le tir de la tête de Fabio Quagliarella est détourné par Dodô dans le but de Donnaruma, mais le brésilien est signalé hors-jeu. Le Milan s’en sort bien sur ce coup, car la défense a été totalement dépassée sur cette action.

Les rossoneri ne répliquent qu’à la 32ème minute. Abate centre pour Bacca qui exécute un tir à bout portant mais le portier gênois Viviano a fait un arrêt réflexe.

Balotelli, titulaire en l’absence de M’Baye Niang (blessé), fait preuve d’une certaine aisance avec le ballon mais le monopolise trop et ralentit totalement la construction du jeu milanais. Il rate tout ce qu’il entreprend, il est impertinent, à l’image de ses innombrables coup-franc ratés. Il n’y a aucune communication entre lui et son partenaire d’attaque Carlos Bacca, qui lui, essaye de se montrer plus incisif en se créant des occasions concrètes.

La Samp se montre encore plus dangereuse en seconde mi-temps. Elle exécute un pressing plus agressif et le jeu de passe est plus performant, notamment dans les 30 derniers mètres. Ils s’échangent beaucoup de ballons dans les 20-25 derniers mètres mais les défenseurs milanais arrivent à contenir les attaquants et les empêchent de tirer au but. La première occasion sérieuse de la seconde mi-temps intervient à la 64ème minute. Montolivo sert Bacca aux 16 mètres, mais le colombien voit sa frappe croisée déviée par Viviano. Quagliarella lui répond une minute après avec un tir à 6 mètres du but milanais mais Gigi Donnaruma fait une parade incroyable.

Servi côté droit par Bonnaventura, Bacca ouvre le score d’une frappe à ras-de-terre. Avec ce but, il devient seul 2ème meilleur buteur du championnat avec 16 buts, loin derrière Higuain et ses 30 pions.

La Sampdoria tente à quelques reprises de revenir au score. Mais le Milan tient le score jusqu’au bout.

La victoire est là. Le Milan conforte sa 6ème place au classement après la défaite de Sassuolo ce week-end et peut espérer une qualification en Europa League.

Brocchi, la bonne pioche ?

Cristian Brocchi fait bonne impression pour son premier match en tant qu’entraîneur de l’équipe première du Milan AC. À l’inverse de son prédécesseur plutôt porté sur la contre-attaque, il instaure une tactique basée sur la possession et des attaques par les ailes. Il a marqué de son empreinte sur ce match. Mais saura-t-il confirmer ? En sachant que chaque nouvel entraineur du Milan depuis 2014 (Seedorf, Inzaghi, Mihajlović) a commencé par faire bonne figure avant d’échouer. Il est donc normal de douter encore des capacités réeles de Brocchi, sans compter son inexpérience dans le métier. Mais vue sa connaissance du club (il a porté le maillot du Milan de 2001 à 2008, et remporté 2 Ligues des Champions) et les entraineurs qu’il a fréquenté au cours de sa carrière (Ancelotti, Pioli, …), on peut croire qu’il a acquis une certaine connaissance du football et de la tactique et qu’il saura comment gérer ce club où règne le désordre.

En tout cas, les supporters milanais espèrent que ce changement d’entraîneur systématique depuis 2014 va cesser et que le club puisse se lancer définitivement sur un projet stable et durable pour redorer le blason.

 

 

 

PSG : erreurs techniques, erreurs tactiques


Cavani loupe son action

Après la défaite du PSG mardi soir, face à Manchester City, Laurent Blanc s’est déclaré responsable de l’élimination des siens. La quatrième en quatre ans à ce stade de la compétition, un triste record. « Je ne me débine pas » a-t-il assuré, « je suis responsable ». Responsable, il l’est, en effet. Son coup de poker tactique a tourné au fiasco. Mais la performance individuelle de ses joueurs est tout bonnement incompatible avec une qualification pour une demie finale. Entre erreurs tactiques et erreurs tehniques, les parisiens ne pouvaient pas espérer autre chose qu’une élimination, même face à une bien pâle équipe de City. Lire la suite

Pas de vainqueur dans ce Klassiker


Ce samedi soir avait lieu du côté de l’Allemagne le choc entre le leader et son dauphin. A savoir le Bayern Munich et le Borussia Dortmund au Signal Iduna Park pour le compte de la 25ème journée de Bundesliga. Malgré un match plaisant à regarder avec du jeu et de l’intensité, les deux équipes se sont neutralisées sur le score de 0-0. Analyse de ce match.

Des occasions mais pas de buts

Le match démarre d’entrée avec une première frappe signée Marco Reus (3ème) sur contre-attaque, même si elle est contrée. Thomas Muller frappe au dessus deux minutes après. On voit deux équipes assurant un gros pressing sur les phases défensives et ayant une réelle envie de jouer vers l’avant lorsqu’elles ont le ballon. Ce qui provoque un match décousu et riche en occasions. Les deux équipes se rendent coup pour coup. Du côté du Bayern, c’est notamment Douglas Costa qui se montre avec d’abord une tentative qui passe au dessus (10ème) puis un face-à-face avec Bürki perdu (28ème). Le Borussia se montre aussi dangereux avec à la baguette Mkhitaryan qui sert d’abord parfaitement Aubameyang en profondeur (11ème) puis Durm (20ème) mais Neuer est vigilant. La dernière grosse alerte du côté de la défense du Bayern intervient à la 27ème avec Aubameyang qui adresse un superbe centre à Marco Reus. Mais l’international allemand ne peut armer sa frappe.

La première demi-heure a donc proposer du beau jeu et des occasions des deux côtés du terrain. Le dernier quart d’heure restera toujours aussi plaisant à voir même s’il y a moins de situations. Les joueurs ont en effet beaucoup donné et les défenses restent solides. Mais le Bayern se montre à nouveau dangereux juste avant la mi-temps avec deux tentatives coup pour coup signées Arjen Robben qui voit d’abord le gardien capter sa tentative avant de retenter sa chance qui passe juste à côté. Des occasions mais pas de but dans cette première période. 0-0

On a vu une premère période assez plaisante avec du jeu et des occasions. On voit de suite qu’il s’agit du choc entre le leader et son dauphin. Les deux formations jouent propre, vers l’avant mais les gardiens sont aussi au rendez-vous. Le Bayern et le Borussia enchaînent très bien jeu placé et jeu rapide même si le Bayern a plus monopoliser le ballon dans ce premier acte (58% de possession). Le match est serré et on a dû mal à imaginer que le score en reste là…

Match nul mais avantage Bayern

La seconde période repart sur les mêmes bases avec Aubameyang qui se montre dès la 51ème mais bute sur une bonne sortie de Neuer. Malgré cela, c’est le Bayern qui va plutôt prendre l’avantage dans le jeu et se montrer dangereux sur des tentatives de Robben (55ème et 59ème) et de Vidal (56ème). L’international chilien voit même Bürki repousser de manière réflexe sur la barre transversale sa demi-volée (64ème). Dortmund peut dire merci à son gardien qui a répondu présent dans cette rencontre.

Par la suite, les deux équipes vont se neutraliser, ayant du mal à cadrer leurs tentatives. La fin du match approche et le score est toujours nul et vierge. C’est le BVB qui va se créer la dernière occasion de la rencontre avec un superbe centre d’Aubameyang pour Ramos mais ce dernier rate complètement sa tête (88ème). Fin du match au Signal Iduna Park: 0-0.

Si aucune des deux équipes n’a réussi à faire trembler les filets, on a quand même vu un bon match. Bavarois et Dortmunder ont montré une réelle envie de jouer vers l’avant et de marquer. Ce 0-0 reflète plus la réelle performance des deux gardiens et pas un manque de motivation des joueurs pour tenter de faire trembler les filets. Du côté de Dortmund, Aubameyang a pris les rênes de l’attaque et s’est crée beaucoup d’occasions. Il aurait même pu être passeur sur de beaux centres pour Reus et Ramos notamment. A noter le bon match de Mkhitaryan qui a été très propre et a fait des passes qui auraient pu amener des buts. En revanche, Marco Reus a vécu une soirée plutôt difficile, ayant du mal à déborder la défense bavaroise. Enfin, on oubliera pas non plus le très grand match de Bürki qui est celui qui a empêché à Dortmund de perdre ce samedi.

Du côté du FCB, on a vu un Robben très actif offensivement ainsi qu’un Douglas Costa qui aurait pu lui aussi inscrire un but dans ce choc. Petit point négatif: le match moyen de Robert Lewandowski qui n’a pas réussi à se procurer une occasion. Mais l’international polonais à tout de même était propre dans son jeu dos au but et aurait aussi pu être passeur décisif.

Cette rencontre aurait donc pu se terminer par un vrai score de Bundesliga, à savoir avec beaucoup de buts. Mais les gardiens en avaient décidé autrement. Le Bayern est l’équipe qui peut se satisfaire le plus de ce résultat car il permet aux hommes de Pep Gaurdiola de garder cinq points d’avance sur son adversaire du soir. Le Borussia avait une réelle opportunité de recoller au Bayern et de relancer totalement le suspense pour la course au titre. Mais Aubameyang et Cie devront cravacher s’ils veulent conserver leurs chances.

Le Real dit adieu au titre


Lors de cette 26 journée de Liga avait lieu le derby madrilène entre le Real et l’Atletico, match capital pour la course au titre. Les deux équipes doivent à tout prix gagner pour ne pas voir le FC Barcelone prendre trop d’avance pour la course au titre. Au terme d’un match disputé, ce sont les Colchoneros qui se sont imposés sur le score de 1 but à 0. Retour sur cette rencontre. Lire la suite